Tous les lauréats



Catégorie Collaboration interprofessionnelle – Infirmières

Isabelle Têtu, engagée auprès des personnes marginalisées

De la détermination, Isabelle Têtu n’en manque pas. Cofondatrice de la Coopérative de solidarité SABSA (Services à bas seuil d’accessibilité) de Québec, cette infirmière praticienne spécialisée (IPS) en soins de première ligne n’est pas du genre à attendre après le réseau de la santé pour qu’on lui offre un cadre de pratique idéal, elle le crée à sa manière.



L’été dernier, Isabelle Têtu et ses collègues de la Coop SABSA ont reçu une excellente nouvelle. La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec, le plus important syndicat représentant les professionnelles en soins, leur a offert une contribution de 150 000 dollars afin de leur permettre, dans le cadre d’un projet pilote d’un an, de consolider leurs activités professionnelles et même de les élargir à l’ensemble de la population des quartiers de Saint-Sauveur et de Saint-Roch.


Ouverte à la fin de 2011 par Isabelle Têtu et ses collègues, la Coop SABSA avait comme mandat initial une meilleure prise en charge des patients atteints d’hépatite C. Dans cette vaste et complexe structure qu’est le réseau de la santé, ces personnes souvent marginalisées socialement éprouvent de la difficulté à obtenir les soins et le soutien dont elles ont besoin.


Isabelle Têtu et ses collègues ont travaillé bénévolement et ont même investi une partie de leurs épargnes personnelles afin que le projet prenne forme. «Avant d’être infirmière, j’étais intervenante et bénévole dans plusieurs organismes communautaires de soutien aux personnes vulnérables. Je suis habituée à me débrouiller avec peu de moyens», souligne-t-elle.


L’équipe de travail de la coopérative est constituée d’infirmières, d’intervenantes psychosociales et d’autres professionnelles. Aucun médecin ne fait partie de l’équipe. «Les médecins sur le terrain appuient notre démarche, car ils sont conscients des besoins des patients de la Basse-Ville de Québec», dit Isabelle Têtu.


D’intervenante sociale à infirmière

Son parcours professionnel, Isabelle Têtu l’a bâti afin de faire tomber les obstacles qui l’empêchaient de bien prendre soin de ces personnes avec qui elle travaille depuis bientôt une vingtaine d’années.


Après un diplôme d’études collégiales d’intervention en délinquance et un baccalauréat en service social, Isabelle Têtu a décidé de devenir infirmière pour prendre en charge la santé de ces personnes, à la fois sous ses aspects psychosociaux et physique.


«Quand, comme intervenante, j’accompagnais certaines de ces personnes à l’hôpital, je voyais trop souvent le mépris dont elles faisaient l’objet, raconte-elle. Je suis devenue infirmière pour changer cela.»


«C’est vrai que ce n’est pas toujours une clientèle facile, poursuit Isabelle Têtu. Mais, contrairement à certains citoyens qui tiennent pour acquis les services de santé qu’ils reçoivent, mes patients sont réellement reconnaissants du soutien que nous leur offrons. C’est très gratifiant de les côtoyer et ils méritent des soins de qualité au même titre que tout le monde.»


Isabelle Têtu est également détentrice d’une maîtrise en santé communautaire. Ses études d’IPS de première ligne, elle les a entreprises avec l’objectif d’offrir une prise en charge vraiment globale à ses patients.


Un avenir prometteur pour la coop

Grâce au projet pilote financé par la FIQ, Isabelle Têtu peut maintenant avoir un salaire pour le travail qu’elle effectue désormais à temps plein à la coopérative.


Ce projet pilote sera étudié par des chercheurs de l’Université Laval et de l’Université de Montréal afin d’évaluer son impact clinique auprès des patients et sur l’offre de soins de la Basse-Ville de Québec. Si l’expérience est concluante, d’autres projets de cette nature pourraient voir le jour au Québec. Isabelle Têtu, avec la fougue et la ténacité qui l’habitent toujours, entend bien sûr faire du nouveau mandat de la Coop de solidarité SABSA un succès. ƒ



Tous les lauréats