ÉDITION 2018

Tous les lauréats



Catégorie Pratique novatrice - Médecins

Aller à la rencontre des patients


Dre Anne Fournier, M. D., FRCPC, FACC, FCCS.

Cardiologue pédiatrique, CHU Sainte-Justine.
Responsable de la clinique itinérante en cardiologie pédiatrique


Dre Anne Fournier, M. D., FRCPC, FACC, FCCS.

Photo : Pierre Longtin Photographe.



Des milliers et des milliers de kilomètres, c’est la distance parcourue chaque année par la Dre Anne Fournier et ses collègues du CHU Sainte-Justine pour prodiguer des soins de cardiologie à proximité du milieu de vie de leurs jeunes patients, ce qui représente un fardeau de moins sur les épaules des familles. En 2017 uniquement, l’équipe de la Dre Fournier a effectué ni plus ni moins que 6000 visites de cette nature.

La clinique mobile de cardiologie pédiatrique permet aux cardiologues du CHU Sainte-Justine de mettre à profit leur expertise afin de dépister certaines malformations cardiaques chez les enfants en allant à leur rencontre, et non l’inverse.

La Dre Anne Fournier, responsable de la section d’électrophysiologie du CHU Sainte-Justine et professeure titulaire de clinique à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, refuse cependant de s’attribuer tout le mérite de cette clinique itinérante qu’elle supervise depuis une trentaine d’années.


«Le kilométrage que nous parcourons chaque semaine est le même que celui que ferait une famille, mais multipliez-le par le nombre de patients que nous rencontrons et les gains sont considérables pour tout le monde.»


Le déplacement des cardiologues pédiatriques dans les milieux de vie des patients fait partie d’une tradition de cette spécialité médicale, souligne-t-elle, car les hôpitaux éloignés des grands centres urbains ne pourraient justifier la présence à temps plein de l’un de ces médecins spécialistes.

La Dre Fournier ajoute que la clinique mobile du CHU Sainte-Justine doit aussi son succès à la contribution de ses collègues cardiologues, des technologues en échographie cardiaque et de la Fondation En Cœur, qui soutient financièrement l’initiative.

Sous la supervision de la Dre Fournier, la clinique itinérante de cardiologie pédiatrique du CHU Sainte-Justine est néanmoins devenue, à plusieurs égards, un modèle à suivre. Et les chiffres le prouvent: en 2015, les 5000 visites effectuées par son équipe ont permis d’éviter des déplacements de 400 000 kilomètres aux familles. En 2017, le nombre de visites a même grimpé à 6000.

«Le kilométrage que nous parcourons chaque semaine est le même que celui que ferait une famille, mais multipliez-le par le nombre de patients que nous rencontrons et les gains sont considérables pour tout le monde», souligne-t-elle.

Les bons soins au bon endroit

Les bénéfices de la clinique itinérante de cardiologie pédiatrique dépassent largement le kilométrage épargné chaque année aux familles. À titre d’exemple, ces dernières n’ont pas à vivre avec le stress supplémentaire que constitue un déplacement de plusieurs centaines de kilomètres avec un enfant en bas âge, dans des conditions météorologiques parfois difficiles. Le fait que les familles puissent rester à proximité de leur lieu de résidence réduit les dépenses engendrées par un déplacement à Montréal (essence, frais d’hébergement, nourriture, essence, vignettes de stationnement).

Les soins prodigués à distance par l’équipe mobile de la Dre Fournier permettent également aux professionnels de la santé présents au CHU Sainte-Justine de consacrer leurs énergies à leurs jeunes patients ayant des besoins de santé plus exigeants ou nécessitant, à titre d’exemple, un plateau technique plus sophistiqué. En bref, les bons soins, au bon patient, au bon endroit.

L’évolution de la technologie a joué un rôle majeur dans le déploiement des activités de la clinique mobile au fil des ans. En effet, les appareils d’échographie cardiaques sont aujourd’hui de plus en plus compacts et performants, permettant aux cardiologues pédiatriques d’approfondir sur place leurs analyses, sans nécessairement avoir recours à leurs installations montréalaises.

En plus de 30 ans de pratique, la Dre Fournier est à même de constater tout le chemin parcouru dans son domaine de pratique. «Aujourd’hui, le taux de survie – et une survie de qualité – des enfants ayant des malformations cardiaques n’a rien à voir avec ce qu’il était au début des années 1980. Nous commençons même à revoir d’anciens patients qui viennent nous consulter pour leurs bébés», dit-elle avec fierté.

Article de Christian Leduc

Tous les lauréats