ÉDITION 2018

Tous les lauréats



Catégorie Collaboration interprofessionnelle – Pharmaciens

Le défi de l'antibiorésistance


Marie Carrier, B. Pharm., M. Sc.

Pharmacienne, Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-Centre-du-Québec

Présidente et fondatrice de l’équipe d’antibiogouvernance du CIUSSS


Marie-Claude Forest

Photo : Pierre Longtin Photographe.



L’antibiorésistance constitue l’un des grands défis de la santé publique à l’échelle internationale. Face à ce risque pour la santé publique, la clé du succès repose sur une prise de conscience généralisée que les antibiotiques doivent être utilisés plus judicieusement. En pilotant le Programme d’antibiogouvernance du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-Centre-du-Québec (CIUSSS-MCQ), la pharmacienne Marie Carrier a réussi à faire de cet enjeu une priorité dans sa région.

Marie Carrier s’intéresse à l’antibiothérapie depuis qu’elle a fait sa résidence à l’Hôpital Saint-Sacrement de Québec, au début des années 1990. En 1996, elle est devenue pharmacienne au Centre hospitalier affilié universitaire régional (CHAUR) de Trois-Rivières, où elle s’est notamment spécialisée en oncologie pendant une quinzaine d’années.

Lorsque le ministère de la Santé et des Services sociaux a demandé aux établissements de santé d’accroître les efforts pour lutter contre l’antibiorésistance, Marie Carrier y a vu une occasion de renouer avec son intérêt pour ce domaine clinique.


«Les antibiotiques constituent un véritable trésor. Nous nous devons de les utiliser judicieusement.»



Grâce à ses efforts ainsi que ceux de collègues issus des autres professions et de la haute direction du CHAUR, le Comité d’utilisation optimale des antibiotiques a vu le jour en 2012. «Sans les effectifs nécessaires, il est difficile de développer de nouvelles initiatives. Il n’y avait pas de médecin, de pharmacien et infirmière dédiés au dossier de l’antibiogouvernance», se rappelle-t-elle.

Les membres du comité ont rédigé de nombreux guides et autres outils visant à favoriser une meilleure utilisation des antibiotiques au sein de l’établissement.

Des améliorations tangibles

En 2014, un suivi prospectif de l’antibiothérapie par les pharmaciens a été mis en place sur certaines unités de soins. «L’objectif de ce suivi n’est pas de jouer à une forme de police des antibiotiques, mais de changer certaines habitudes de prescription afin de mieux traiter les patients, tout en diminuant les risques d’effets indésirables», explique Marie Carrier. Les résultats sont probants : plus de 90 % des interventions effectuées par les pharmaciens sont acceptées et appliquées par les médecins traitants.

Avec la création du CIUSSS-MCQ, le comité d’antibiogouvernance a pris de l’ampleur. Les activités ont été regroupées dans ce qui s’appelle depuis 2016 le Programme d’antibiogouvernance (PrAG). Le comité regroupe aujourd’hui des microbiologistes-infectiologues, des médecins internistes, des médecins de famille, des pharmaciens et une infirmière qui proviennent de la plupart des grandes installations du CIUSSS, ce qui permettra de standardiser les pratiques sur l’ensemble du territoire desservi par l’établissement.

Faire comprendre l’antibiogouvernance à la population

L’expertise de Marie Carrier s’est également révélée d’une grande utilité afin d’aider le service des communications du CIUSSS-MCQ à mettre sur pied une première campagne promotionnelle concernant la résistance aux antibiotiques.

Cette campagne de communication a pris différentes formes. Pour les professionnels de la santé, Marie Carrier a notamment participé à la conception d’un quiz pour démystifier certains mythes entourant l’antibiothérapie ainsi qu’à un aide-mémoire destiné aux médecins de famille.

Du côté de la population, Marie Carrier a contribué, en collaboration avec la Dre Caroline Marcoux-Huard, à la création de capsules radio sur l’antibiothérapie diffusées sur les grandes chaînes radiophoniques de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Elle s’est aussi impliquée dans la conception de documents d’information destinés à la population concernant des infections comme l’otite moyenne aiguë, la bronchite virale ou la sinusite aigüe.

Marie Carrier fait rayonner l’antibiogouvernance de bien d’autres manières : au cours des dernières années, elle a donné des conférences et a écrit plusieurs articles sur le sujet. «Les antibiotiques constituent un véritable trésor. Nous nous devons de les utiliser judicieusement si on désire protéger leur efficacité», souligne-t-elle avec justesse.

Article de Christian Leduc

Tous les lauréats