Publicité
26/07/2021

Des experts s'inquiètent des effets sur la santé des nombreux incendies de forêt

Des experts en santé préviennent qu'un changement de mentalité et de nouvelles solutions sont essentiels, alors que l'exposition à la fumée des grands incendies de forêt devient un phénomène régulier.
un hélocoptère lutte contre des feux de forêt

Bien que les effets à long terme sur la santé de l'exposition à la fumée des incendies de forêt n'aient pas encore été étudiés en profondeur, les liens entre les problèmes de santé ou la mort et la pollution de l'air en général offrent des indices, a déclaré la Dre Courtney Howard, médecin urgentiste à Yellowknife.

«AVC, maladie cardiaque, cancer, maladies chroniques ou respiratoires, tout cela est aggravé par la pollution de l'air», a déclaré la Dre Howard dans une récente entrevue à Cranbrook, en Colombie-Britannique, où la fumée d'un incendie de forêt à proximité s'était répandue pendant que sa famille était à la plage.

«Les mêmes raisons pour lesquelles nous voulons passer rapidement à une économie à faible émission de carbone pour réduire les impacts de la pollution atmosphérique liée aux combustibles fossiles font partie des raisons pour lesquelles nous nous inquiétons de la pollution liée aux incendies de forêt que nous voyons maintenant s'amplifier en raison des changements climatiques.»

Jusqu'à récemment, le ciel enfumé était occasionnel dans l'Ouest canadien, ce qui rendait difficile l'étude des impacts sur la santé, a expliqué Michael Brauer, professeur spécialisé dans l'environnement et la santé à la faculté de médecine de l'Université de la Colombie-Britannique.

«Quand nous nous trouvons dans une situation où cela se produit chaque été dans certaines communautés, et cela ne dure peut-être qu'une à deux semaines, mais (...) c'est certainement la pollution de l'air la plus importante à laquelle vous serez confronté tout au long de l'année, qu'est-ce que cela signifie?»

On ne sait pas si la fumée qui se produit année après année a un effet cumulatif, a-t-il souligné.

«Cela dépend probablement de toutes sortes de conditions spécifiques, d'autres facteurs de risque.»

Cependant, a noté M. Brauer, il ne semble pas y avoir beaucoup de différence entre la fumée et la pollution atmosphérique générale lorsque l'on mesure les particules fines, un mélange de minuscules polluants qui peuvent pénétrer profondément dans le système respiratoire.

Les effets cardiovasculaires potentiels de la fumée des incendies de forêt sont moins bien connus par rapport à d'autres types de pollution de l'air, a-t-il déclaré, «mais d'après ce que nous savons de la pollution de l'air en général, très peu de systèmes organiques ne sont pas affectés».

Les impacts les plus clairs de l'exposition à la fumée des incendies de forêt sont ressentis par les personnes souffrant de maladies préexistantes, telles que l'asthme ou la maladie pulmonaire obstructive chronique, et les preuves s'accumulent selon lesquelles l'exposition à la fumée peut affecter les personnes atteintes de maladie cardiaque, déclencher une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral et aggraver le diabète de type 2, a indiqué M. Brauer.

Quelques études suggèrent que les femmes enceintes qui sont dans leur dernier trimestre lorsqu'elles sont exposées à la fumée sont plus susceptibles de donner naissance à un bébé de poids inférieur, a-t-il ajouté.

Une autre étude menée dans le Montana a révélé que le taux de grippe était plus élevé quelques mois après une mauvaise saison des incendies, a-t-il déclaré, suggérant que les gens étaient moins capables de lutter contre la maladie.

«Ce n'est peut-être pas un effet permanent, mais cela montre qu'il semble y avoir quelque chose qui persiste, ce qui est cohérent avec ce que nous savons de la pollution de l'air.»

La Dre Howard a vu de ses propres yeux les effets sur la santé de ce qu'elle a appelé «l'une des expositions à la fumée d'incendies de forêt les plus longues et les plus graves de la littérature mondiale».

Alors que les incendies de forêt et la fumée balayaient les Territoires du Nord-Ouest à l'été 2014, a-t-elle dit, il était plus difficile et plus long que d'habitude de traiter les personnes qui se présentaient aux urgences avec des symptômes d'asthme.

La Dre Howard a ensuite travaillé sur une étude qui a révélé que le double du nombre de personnes asthmatiques se présentaient aux urgences par rapport aux années précédentes.

L'aggravation des saisons des incendies de forêt signifie que les responsables de la santé publique doivent repenser leurs conseils existants, qui ont tendance à se concentrer sur la protection contre la fumée à court terme, a-t-elle déclaré.

«Des conseils qui fonctionnaient auparavant pour un épisode de trois ou cinq jours, cela ne fonctionne pas vraiment lorsque vous parlez d'une saison entière.»

Les communautés des zones sujettes aux incendies de forêt doivent prévoir des abris à air pur, des centres de loisirs bien ventilés et d'autres infrastructures pour protéger les plus vulnérables, a-t-elle dit, des enfants aux personnes âgées en passant par les travailleurs de plein air et les personnes en situation d'itinérance.

M. Brauer suggère également que les personnes souffrant de problèmes de santé sous-jacents installent des filtres à air à haute efficacité à la maison et rencontrent leurs fournisseurs de soins de santé au printemps pour s'assurer qu'elles ont suffisamment de médicaments pour survivre à une saison prolongée d'incendies de forêt.

Omettre de s'adapter et de se préparer à des périodes de fumée prolongées est coûteux, à la fois en vies et financièrement, a déclaré M. Brauer, soulignant une analyse de 2020 des impacts des particules fines au cours des dernières saisons d'incendies de forêt par des chercheurs de Santé Canada.

Ils ont estimé que le coût annuel associé aux décès prématurés attribuables à une exposition aiguë ou à court terme se situait entre 410 millions $ et 1,8 milliard $, selon la gravité de la saison des incendies. Le coût estimé des décès prématurés attribuables à une exposition chronique se situait entre 4,3 et 19 milliards $ par an, selon la modélisation.

Contenu lié:

Publicité
Publicité