Publicité
19/09/2022

La plus grande menace pour les médecins de famille... ce sont les médecins de famille

Image
Une médecin pèse sa patiente dans sa clinique.

Rien de tel que de commencer un article avec un titre un peu controversé. Je suis médecin de famille, et je dois le répéter, nous pouvons être notre pire ennemi ! Laissez-moi vous expliquer.

J'ai travaillé pendant plus de 35 ans dans cinq provinces, y compris des régions éloignées, des régions mal desservies, des régions rurales et urbaines. J'ai travaillé pour des universités, des services de santé provinciaux, des entreprises publiques et privées. J'ai été payé à l'heure, à la session, avec un salaire, des honoraires, à l'acte, ainsi qu'avec un mode de rémunération alternatif (ARP). Avoir ce genre de parcours éclectique pourrait en quelque sorte me permettre d'avoir une opinion basée sur l'observation et l'expérience.

Ne pas réparer ce qui n’est pas cassé

Eh bien, le système est cassé, alors peut-être qu'il est temps de le réparer. Je peux dire que les soins de première ligne rémunérés à l'acte ne sont pas idéaux et tuent notre profession.

La plupart du temps, cela encourage des soins fragmentés et à volume élevé. Si les soins de première ligne étaient une usine, cela pourrait être acceptable. Pour certains médecins de famille très performants, cela peut être le cas, mais ce n'est pas une obligation.

D’un autre côté, le salaire fixe ou les taux horaires n'incitent pas au travail acharné et à l'efficacité. Alors, comment y remédier? Peut-être avec un mode de rémunération alternatif ou des modèles mixtes de modes de rémunération alternatif avec des redevances incitatives pour un travail supplémentaire ou une plus grande efficacité? Les soins en équipe et centrés sur le patient peuvent être la clé. J’en parlerai davantage plus loin.

Pourquoi passons-nous tant de temps à essayer de justifier notre existence?

J'en ai marre de lire des articles sur le sujet et d'écouter mes collègues combattre un ennemi «mythique». La médecine familiale est une spécialité. Compris, passons à autre chose.

Il n'est pas étonnant que nous nous battions encore de la sorte alors que nous ne nous comportons pas comme des spécialistes. Si nous sommes des spécialistes des soins de première ligne, alors nous devons gérer les problèmes qui relèvent de notre expertise.

Référer tout et n'importe quoi pour maintenir un volume très élevé de patients nous fait paraître quelque peu indignes de ce titre. Bien entendu, cela est injuste pour de nombreux médecins de famille qui assument la responsabilité de leurs patients et qui offrent une bonne prise en charge.

J'ose dire cependant qu'il y a un groupe assez important de médecins de famille qui ne le font pas et donnent une mauvaise réputation à notre profession. Désolé, mais je devais le dire.

Les médecins de famille heureux existent, même s'ils sont parfois difficiles à trouver

Partout où j'ai travaillé dans le domaine des soins de première ligne, j'ai trouvé des médecins bien ancrés, dévoués, travaillant et heureux. Bien qu'ils aient des difficultés de temps en temps (nous sommes tous humains), ils ont trouvé un moyen de tout faire fonctionner et d'avoir une existence et une carrière épanouissantes. Qu’ont de particulier les médecins de famille heureux?

Ce qu’ils font:

• travailler dans plusieurs milieux et faire différentes choses (clinique, administratif, leadership, enseignement)

• croire aux relations en dehors de la médecine (mariages sains, famille, amis)

• participer activement à une multitude d'activités (physiques, spirituelles, créatives)

Ce qu’ils ne font pas:

• travailler six jours par semaine dans la même clinique en faisant le même travail tous les jours

• voir des volumes inhabituellement élevés de patients pendant des périodes de temps inhabituellement courtes

• placer la valeur des revenus élevés au-dessus de tout le reste

• se prendre trop au sérieux

Nous sommes les champions!

Vous voulez augmenter votre satisfaction professionnelle en tant que médecin de famille? Devenez un «champion» pour vos collègues. Je suis devenu un «expert» en santé sexuelle et en santé transgenre et je n'ai jamais été aussi satisfait. Cela a été un énorme défi tout en donnant un nouveau sens à ma carrière médicale. S'il y a un créneau qui vous intéresse, ALLEZ-Y! Vous pouvez revigorer votre carrière et aider vos collègues médecins.

Les visites mensuelles pour les contrôles de la PA

Si les spécialistes en médecine familiale veulent vraiment le faire eux-mêmes, soit prendre la PA et rédiger une ordonnance de 30 jours sans renouvellement, eh bien, j'ose dire, vous êtes le problème et vous êtes une menace pour notre profession.

Bien sûr, ça peut sembler être un exemple extrême, mais il met en valeur le «piège» dans lequel certains d'entre nous sont tombés. Que ce soit pour un gain financier ou en raison d'un sentiment de valeur exagéré, nous devons dépasser ce stade si nous voulons être pris au sérieux. On nous reproche des pratiques de type «sans rendez-vous, gros volume, tourniquet».

Il est impossible de le faire à moins de voir et de traiter des problèmes mineurs (et superficiellement). Nous sommes formés en tant que généralistes pour voir un éventail incroyablement large de problèmes, et des problèmes graves en plus. Enlevez cela et le taux de satisfaction chute de façon spectaculaire, et vous obtenez une recette pour le malheur et l'épuisement professionnel.

Retirer l’argent de l’équation

Comment la vie clinique d'un médecin de famille changerait-elle si chaque patient était contrôlé et que nous ne traitions que les patients qui ont besoin de notre expertise. Que se passerait-il si notre rémunération était totalement basée sur la valeur de notre travail?

Il y a des choses que font les spécialistes en médecine familiale qui utilisent au maximum nos compétences. Lorsque nous sommes «dans la zone», nous pratiquons une médecine de soins de première ligne fondée sur des données probantes et changeons, voire sauvons, des vies. Nous n'essayons pas de tout faire... nous ne le pouvons pas. Il serait ridicule de penser que nous pouvons être à la fois réceptionniste, infirmière et médecin. Nous travaillons en équipe et déléguons les tâches en conséquence. Personne ne contesterait cela, mais je dirais que nous assumons encore beaucoup trop de tâches à cause de «l'argent».

Discutons...

Et si j'avais un scribe pour écrire toutes mes notes au dossier? Et si j'avais un employé expérimenté qui remplissait tous mes formulaires médicaux? Et si j'avais une infirmière qui prenait en charge la grande majorité des problèmes de mes patients? Et si j'avais une IPS expérimentée qui examinait tous mes résultats et s'occupait de presque tout, et que je ne traitais que les problèmes qui ne peuvent pas être résolus?

Et si j'étais vraiment à la tête d'une équipe de professionnels de la santé - diététistes, pharmaciens, travailleurs sociaux, psychologues, spécialistes de la réadaptation, etc. - qui effectuaient l'essentiel de mon travail quotidien, me laissant m'occuper des vrais problèmes? Je suis allé en médecine familiale pour résoudre des problèmes médicaux, pas pour être un employé de bureau. Wow, quelle libération…. Est-ce seulement possible?

Allez L’ÉQUIPE!

La clé des soins de première ligne réside dans les soins médicaux à domicile, centrés sur le patient. Le salut de la médecine familiale sera d'avoir des spécialistes en médecine familiale qui seront les quarts arrière de ces modèles basés sur l'équipe. Ces modèles sont déjà en place dans tout le pays et ils fonctionnent. L'avenir est là. Sont-ils parfaits? Même pas proche. Les patients aiment-ils ces modèles? Un OUI retentissant! Comment les médecins de famille s'en sortent-ils avec ce concept? Eh bien, ça a été plutôt lent. Renoncer au contrôle n'a pas été facile pour beaucoup de médecins.

La désinformation, la méfiance, la peur et la colère ont empêché de nombreux médecins de famille d'envisager des modèles alternatifs. Nos propres organisations et gouvernements ont été d'énormes obstacles au progrès dans ce domaine. Il est regrettable que nous n'ayons pas progressé davantage dans tout le pays.

La beauté du «potluck»

Lorsque tout le monde apporte son plat ethnique préféré faits par les mères, grands-mères et arrière-grands-mères du monde entier, nous sommes tous gagnants. La diversité fait la force et c'est bien ainsi! Lorsque je suis ouvert, j'apprends tellement de mes patients et de ma collaboration avec des groupes de patients. Lorsque j'ai collaboré avec d'autres professionnels de la santé, mon champ d'action s'est élargi et ma pratique s'est enrichie.

Il y a plusieurs façons de monter la montagne. Lorsque j'ai partagé le leadership, le fardeau a été allégé et j'ai beaucoup appris des autres. En tant que médecins de famille, lorsque nous acceptons l'idée que nous ne pouvons pas tout faire, nous entrons dans un monde multidisciplinaire où nous pouvons prospérer et nous épanouir.

Saisir l’opportunité

Nous pouvons râler, nous plaindre, travailler plus fort, nous concentrer sur tout ce qui est négatif chez nos patients et dans notre carrière en médecine familiale - suivre la spirale descendante vers l'épuisement professionnel. D’un autre côté, nous pouvons nous concentrer sur le positif, vivre le moment présent, profiter de nos interactions avec les patients et nous frayer un chemin de manière créative vers de nouvelles carrières. C'est le moment!

Je n’ai jamais regretté d'avoir choisi la spécialité de la médecine familiale et d'avoir eu une carrière merveilleuse et variée. Je ne sais pas combien de rebondissements il me reste dans mon avenir médical. Je suis reconnaissant d'avoir eu l'occasion de mener ce qui me semble être une multitude de carrières, en travaillant avec une grande variété d'autres praticiens de la santé sous l'égide de la médecine familiale.

Le Dr Ted Jablonski est un auteur-compositeur-interprète, dramaturge en herbe et poète néophyte qui a mis fin à sa pratique familiale pour se concentrer sur la médecine sexuelle et la santé des transgenres dans le sud de l'Alberta. Il se retrouve maintenant à conseiller les étudiants  de la Cumming School of Medicine et à mener la charge dans les tranchées de la médecine de soins primaires aigus à Calgary.

À lire aussi:

    Publicité
    Publicité