Publicité
23/06/2021

Étude pancanadienne: la seconde dose contre la COVID-19 est très importante

Une analyse de près de 6000 prélèvements de sang réalisés au Canada révèle une forte variabilité dans la quantité d'anticorps produits après une seule dose de vaccin contre la COVID-19.
flacon de vaccin contre la COVID

L'étude sur les anticorps de la COVID-19, qui souligne l'importance d'accélérer l'administration des deuxièmes doses vaccinales, a été réalisée par le Partenariat canadien pour la santé de demain à partir de prélèvements recueillis entre le 8 février et le 17 mai derniers. Le Groupe de travail sur l'immunité face à la COVID-19 (GTIC) du gouvernement fédéral a financé cette étude pancanadienne dont les résultats sont préliminaires.

Le Dr Philip Awadalla, directeur scientifique national du Partenariat, signale qu'à l'instar de résultats antérieurs, l'étude démontre qu'une dose unique des vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna a entraîné la production à court terme d'une quantité d'anticorps plus d'une fois et demie supérieure à celle produite dans le cas du vaccins d'Oxford-AstraZeneca.

Environ 10% des participants ayant été vaccinés une fois avec les produits de Pfizer-BioNTech et de Moderna n'ont pas montré de hausse de production d'anticorps significativement plus importante que celle observée dans la population générale. Cette proportion a été de 30% chez ceux ayant reçu une dose d'Oxford-AstraZeneca.

De plus, l'étude a démontré que les niveaux d'anticorps observés après une première dose étaient plus bas chez les personnes âgées de 60 ans, peu importe le type de vaccin contre la COVID-19 administré.

En décembre dernier, le Québec a décidé de libérer les secondes doses réservées à l'origine pour ceux qui avaient reçu la première afin de permettre à plus de personnes vulnérables d'être vaccinées. L'Institut national de la santé publique (INSPQ) avait alors suggéré de maximiser l'inoculation dans un contexte où les doses de vaccin étaient livrées graduellement.

Or, dans ses commentaires sur les résultats de l'étude dévoilés mercredi, la Dre Catherine Hankins, coprésidente du GTIC, signale que cette stratégie de la première dose le plus tôt possible qui s'est ensuite répandue au Canada a été extrêmement efficace: il y a eu réduction marquée du nombre de cas et d'hospitalisations malgré l'arrivée des variants.

La Dre Hankins signale toutefois qu'en raison de la propagation du variant Delta, il est primordial d'obtenir une deuxième dose vaccinale en raison du fait qu'une seule dose est loin d'entraîner la même production d'anticorps que deux. 

En date de mercredi, environ 20% des Canadiens avaient reçu leurs deux doses de vaccin.

L'étude continuera de prélever des échantillons jusqu'à atteindre son objectif de 20 000 unités. Des résultats supplémentaires de l'étude sont attendus pour cet été.

Publicité
Publicité